Sahara- Algérie: Wahid Bouabdellah et la meute du DRS

En Algérie, le député FLN Wahid Bouabdellah ne sait peut-être pas qu’il a ouvert sur lui les portes de l’enfer en osant prétendre que la question du Sahara est en fait une affaire entre l’Algérie et le Maroc, sans même prendre la précaution de citer le nom du front Polisario.
Dans l’interview qu’il a accordée le 13 juin au site électronique algérien TSA, le député iconoclaste avait affirmé que la question du Sahara était un héritage du passé et que les chefs d’État du Maroc et d’Algérie devaient « se rencontrer » pour régler le problème.
Les dirigeants des deux pays « sont assez intelligents pour régler ce problème et trouver une solution ». Il n’en fallait pas plus après la prononciation de ces mots pour que le régime algérien lance une meute de rédacteurs à la poursuite du député indélicat.
Un sombre « Collectif des journalistes algériens solidaires avec le peuple Sahraoui » s’est alors fendu d’un communiqué qui sentait à plein nez la main des services secrets du DRS.
Comme Amar Saâdani, le secrétaire général du FLN après sa déclaration de novembre 2015 appelant les dirigeants algériens à lever la main sur le dossier du Sahara, Wahid Bouabdellah a eu droit à des tirs groupés d’une rare violence.
Les implacables inquisiteurs ont même accusé le pauvre député de trahison à son pays avant de le gratifier de ce conseil plutôt comminatoire: « Wahid Bouabdellah, mauvais porte-parole pour défendre les thèses marocaines, devrait participer, en sa qualité de militant d’un parti politique algérien, au consensus national en matière de politique extérieure ».
Par « consensus national », la cohorte de rédacteurs signataires du communiqué entendait, bien sûr, le blocage imposé par le régime algérien à tout règlement de la question du Sahara.
Particulièrement la solution d’autonomie que l’imprudent député a soulevée comme voie pour parvenir à un règlement politique d’un conflit anachronique qui remonte au temps de la guerre froide.

2 Comments

  1. Le monde entier sait que le president par interim Boudiaf avait pas fini sa mission assassiné en direct par un militaire.sachant que le politique n a rien a dire et que l armé drs pour se détourner des massacres de son peuple crée une fause guéguerre avec le Maroc qui par la grasse de dieu est très très patient mais reste à savoir jusqu à quand car les grande nation n attendent que se moment-là pour s enrichissent et par la même occation envoiyer le Maghreb au moyen age.

  2. ce ne sont pas ces vieux militaires issus de temps coloniale qui vont faire avancer l’Algérie car dans leur tete il n y a que les guerres et le nif fi ssma qui règlent les problèmes.
    l’arme qu utilise m6 est plus performante celle de l’Économie, ce jeune roi est très proche de son peuple, il circule partout au Maroc et rencontre ces citoyens et suit avec fermeté tous les projets qu il inaugure jusqu’à leurs réalisations.une chose est sure, on ne pourra jamais évoluer avec des généraux atteint par la rouille.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*