Polisario : Abdelaziz sous les feux des critiques

Depuis la débâcle de la fin avril au Conseil de sécurité de l’ONU, le chef du Polisario Mohamed Abdelaziz se trouve sous les feux nourris de ses opposants, qui l’accusent de continuer de tourner en rond et de faire le jeu de l’Algérie, alors que la situation dans les camps de Tindouf ne cesse d’empirer.

Dans ce sens, les menaces de reprise des armes brandies chaque fois par quelques responsables du Polisario ne trompent plus personne dans les camps. C’est le cas de Mohamed Bouhali, un ancien de l’armée algérienne, qui multiplie les manœuvres destinées à satisfaire les radicaux et le clan des « algériens » au sein du Polisario.

Même les jeunes à qui ces messages sont destinés ne croient plus dans les déclarations incendiaires de Bouhali. Ils prennent de plus en plus conscience que le Polisario n’est, finalement, qu’un instrument aux mains de l’Algérie. Les généraux du DRS en usent pour servir leurs desseins hégémoniques dans la région et, surtout, pour maintenir la pression sur le Maroc dans l’affaire du Sahara occidental.

L’hostilité des jeunes dans les camps de Tindouf a même redoublé à l’égard de Mohamed Abdelaziz et de ses lieutenants après l’éclatement du scandale des détournements de l’aide humanitaire internationale. Une rapine à grande échelle éventée par l’Office de Lutte Anti-fraude de l’Union européenne. A l’issue d’une enquête aussi longue que fouillée, l’OLAF a en effet pointé du doigt des responsables algériens et des dignitaires du Polisario dans ces détournements massifs.

Ces rapines de l’aide internationale se sont étalées sur plusieurs années. L’aide humanitaire était normalement destinée aux populations vulnérables dans les camps, mais ces détournements ont dissuadé les principaux donateurs internationaux, qui ont préféré réduire leurs aides.

Sous la pression du Parlement européen, Bruxelles à réduit de 51 à 10 millions d’euros seulement le montant de cette aide, alors que l’Espagne a revu à la baisse son assistance qui est passée de 10 à 7,4 millions d’euros. Une réduction des fournitures qui exacerbe le mécontentement des jeunes sahraouis contre le Polisario et l’Algérie.

3 Comments

  1. rien n’existe si il n’est jamais exister

  2. Le polisario c est une ONG pour terroriste ,les Marocains non vraiment pas de chance jusque a présent .

    • Je crois que les marocains ont plutôt une grande chance d’être tombé à l’Ouest d’un état aussi ridicule que l’Algérie.
      Imaginons que ce conflit n’existait pas. Le Maroc de Hassan 2 n’aurait jamais accepté de faire appel à Youssfi et reconnaitre le rôle de l’opposition historique dans le champs politique maroc. Le Maroc n’aurait jamais eu cet ouverture démocratique (très réduite) mais qui a permis aux partis et aux associations de fleurir, de s’exprimer et de travailler. Jamais le Maroc n’aurait fait un effort colossale au niveau économique afin de ne pas être trop distancé par l’Argent provenant de la manne pétrolière algérienne. Le Maroc n’aurait jamais pu réaliser ce front interne solide contre lequel ni l’ONU ni les super-puissance ne peuvent rien. Ce front interne qui s’agrège autour du Roi pour dire d’une seule voix OUI au Maroc. Jamais le Maroc n’aurait pu rêver de faire partis des Tigres africains si cette contrainte de se dépasser afin de ne pas perdre la Patrie.
      Je crois que les marocains doivent méditer tout cela et tout ce qu’ils ont vécu depuis 1975 et même depuis 1963 avec ce voisin haineux afin de ne plus refaire l’erreur du Feu Mohamed V qui a fait confiance aux algériens au lieu de négocier avec les français le retour de notre Sahara oriental.

      Je crois que tout cela nous a renforcé et a affaiblit nos ennemis et surtout il les a démasqué pour l’Histoire et afin que nos petits enfants ne se font plus avoir par ce voisin malade.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*