Sahara occidental – Algérie: la gifle venue du voisin tunisien

mohammed-6-Moncef-MarzoukiLes services secrets algériens ont été très embarrassés pas le camouflet qui leur a été infligé par le président tunisien, selon des sources bien informées à Alger. En effet, Moncef Marzouki n’y est pas allé de main morte en accusant des « parties étrangères » d’être à l’origine des rumeurs sur une supposée brouille avec le roi Mohammed VI.
Sans avoir été nommément désignés par le président tunisien, les hauts gradés du DRS algérien se sont sentis désignés par ces accusations, d’après les mêmes sources. Surtout que les propos du chef d’Etat tunisien laissent clairement entendre que les rumeurs n’étaient pas le fait de quelque média en mal de scoop ou de titre à sensation. Moncef Marzouk a bien expliqué que ceux qui avaient lancé la rumeur d’un clash entre lui-même et le roi avaient un but précis. Celui de « nuire aux relations extérieures de la Tunisie avec des pays amis ». La rumeur ébruitée sur une improbable brouille entre le président tunisien et le roi du Maroc au sujet de la question du Sahara occidental, renvoie alors presque automatiquement aux autorités algériennes.
Selon les mêmes sources, cet impair des services secrets algériens est à inscrire dans le nouvel accès de l’activisme algérien contre le Maroc. Alger pressant le Polisario à bloquer à tout prix le processus de règlement piloté par les Nations unies au Sahara occidental. D’ailleurs, à quelques jours d’intervalle seulement, les autorités algériennes ont été piquées au vif par une interview de la politologue Khadidja Mohsen-Finan. Chercheuse à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), l’analyste estime que l’impasse qui dure depuis plusieurs années est le fait de parties étrangères. Les « puissances, grandes et moyennes, ont une responsabilité dans cet immobilisme », a précisé Khadidja Mohsen-Finan, provoquant aussitôt une levée de boucliers des médias algériens financés par l’obscur DRS.

1 Comments

  1. Alors que les coups bas persistent, je ne vois vraiment pas comment on continue de parler d’Union Africaine ou de construction du Maghreb. Et ça se passe entre « frères »…
    A méditer…..

Leave a comment

Your email address will not be published.


*