Sahara occidental : l’Algérie n’en finit pas de subir les revers

Une source bien informée à Alger a révélé que les responsables algériens ont été fortement secoués par la position de l’Arabie Saoudite, qui a réitéré son soutien au Maroc sur la question du Sahara occidental, à l’occasion de la visite du roi Mohammed VI, le 3 avril à Ryad, où il s’est entretenu avec le roi Salman Ibn Abdelaziz.

Bien que la position de l’Arabie Saoudite sur cette question soit connue de longue date à l’instar des autres pays arabes, il n’en reste pas moins que son timing dérange au plus haut point à Alger, selon la même source. La fin du mois d’avril n’a pas porté bonheur à l’Algérie qui a subi, coup sur coup, des revers sans précédent à la fois à l’ONU et au Parlement européen.

Dans sa dernière résolution au sujet de la question du Sahara occidental, le Conseil de sécurité a tout simplement ignoré la position défendue par le Polisario et l’Algérie en faveur de l’élargissement du mandat de la Minurso. Les 15 membres ont estimé que la carte de la surveillance du respect des droits de l’homme brandie par Alger était davantage une opération de diversion. Une manœuvre avec un double objectif : continuer de bloquer le processus politique supervisé par l’ONU d’une part et, de l’autre, contourner le plan d’autonomie proposé par le Maroc pour le règlement de ce conflit régional vieux de 40 ans.

Enfonçant le clou, le Conseil de sécurité a insisté pour procéder au recensement de la population des camps de Tindouf qui sont placés sous le contrôle du front Polisario en Algérie. Un devoir humanitaire que les dirigeants algériens ont constamment esquivé malgré les appels répétés du HCR et des ONG internationales.

Le même appel pour un recensement dans les camps du Polisario a été formulé le 29 avril par le Parlement européen, réuni en plénière à Strasbourg. Echaudés par le scandale révélé par l’OLAF sur les détournements à grande échelle de l’aide humanitaire internationale par des responsables algériens et des dignitaires du Polisario, les eurodéputés ont finalement conditionné la poursuite de l’aide européenne à un recensement en bonne et due forme de la population dans les camps de Tindouf.

1 Comment

  1. Les faits condamnés par le conseil de sécurité ne sont que la cime qui cache la iceberg.
    Ce qu il faut approfondir c est la spoliation de la volonté du peuple algérien dans sa volonté politique la séquestration de 40 ans de pauvres gens sans défense. La traite des enfants.la traité des femmes et la détention de 140 filles prêtes à la exportation à Cuba à la occasion de la visite de castor Jr.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*